• 33 visits
  • 4 articles
  • 2 hearts
  • 0 comments

Pourquoi pas.. 20/11/2015


Je me suis mise à l'écriture d'une fanfiction Zerrie. Elle sera posté sur Fyctia en premier et une amie m'a dit que la poster sur Skyrock et Wattpad serait bien aussi pour atteindre un plus grand publique.

Je vous propose ici le prologue et en photo en haut, la couverture (qui n'est pas encore défini..) :

Draw The Walls.

« Trois allumettes, une à une allumées dans la nuit.
La première pour voir ton visage tout entier.
La seconde pour voir tes yeux.
La dernière pour voir tes lèvres.
Et l'obscurité toute entière pour me rappeler de tout cela en te serrant dans mes bras. »

L'obscurité déloyal, impitoyable. Elle s'en rappelait, et les sens de cette dernière s'éveillait, des papillons s'envolaient dans son ventre et picoraient son coeur. Il lui avait dit ça, un soir de tristesse, après qu'elle ait fait un affreux cauchemar. Elle lui avait dit les trois mots bannis, la mocheté de l'amour et quand elle fût réveillée le lendemain, la place à ses côtés était froide, vide et tellement sombre sur les draps blanc. La jeune fille a fouillé partout dans la maison, se prenant parfois pour une droguée en manque de came. Elle a abandonnée, sachant intérieurement qu'elle avait gaffée, que c'est à cause d'elle s'il est partie. Les murs blanc tout autour d'elle. Tout est trop blanc. Tout est trop triste. Ça ressemblait trop au paradis. Alors que son coeur balafré et fatigué faisait un effort pour ne pas s'arrêter sous la peine. Faire ce qu'il y a de mieux, et dans cette terrible situation, la seule chose à faire c'est de s'armer de peinture et de pinceau pour couvrir la blancheur paradisiaque des murs. Contrairement à toutes pensées, la blonde a fini par dessiner dessus. Les murs blancs se remplissaient de jour en jour de peinture, l'odeur des travaux était presque insupportable mais elle regardait chaque fois le résultat avant de dormir à même le sol.

Plus le temps passés, plus elle mourrait. Le manque de la drogue qu'il dégageait était trop présente. Les murs prenaient l'empreinte, les portraits de cet homme au yeux sombre. Sombre comme l'obscurité dont il avait parlé. C'était douloureux. Les papillons qui étaient jadis plein de vie commençaient à suffoquer de ne plus pouvoir lui bouffer le coeur qui n'était devenu que poussière. Elle avait des cernes visible sous les yeux à cause des nuits d'insomnie ou des nuits sur le sol inconfortable. Toutes visites était refusées par la jeune fille, elle ne voulait pas qu'on la voie comme ça, enfermée entre ses murs peints. Elle avait toute quittée quand il avait décidé de lui piétiner le coeur. Sa mère souvent présente pour elle s'inquiétait de ne plus voir sa propre fille, alors, elle alla un jour à l'improviste chez elle pour constater les dégâts.

Elle paniqua plus spécialement en se rendant compte que la porte n'était pas fermé à tout éventualité de vol. Et en entrant, tout ce qu'elle pu voir, c'était la cuisine, le salon, la peinture. Même sur les portes. Il y avait des gouttelettes de noir qui jonché sur le sol, encore humide. Certaines avaient imprégnés celui-ci mais les autres étaient très récente. Elle ne vu pas sa fille et quand elle emprunta le chemin de la chambre, elle entendit des paroles étouffés. C'était la voix de sa filles, une voix tellement plus fatiguée et brisée qu'elle savait que ça n'allait pas. Ce n'était pas elle, tout simplement, sa véritable fille était une constante boule d'énergie qui faisait la conversation à tout le monde en gardant les pieds sur terre. Parler au mur qui semblait prendre vie n'était pas le meilleur. Alors Debby entra et la chambre était plus terrifiante. Les murs étaient tellement gribouillés qu'ils en devenaient noir. Aucun lit, la pièce était totalement vide. Et le corp frêle de sa fille en position f½tal sur le sol, parlant au portrait devant elle. Un homme sombre, pensa Debby en avançant dans la pièce, toujours en plein choc. Elle se pencha en avant et dès qu'elle effleura la blonde, elle se tendit en partant dans un coin de la pièce, comme un chaton effrayé. Elle était pâle et encore plus maigre qu'avant, à la limite du squelettique. Debby observa sa fille regarder autour d'elle comme dans un univers hostile, comme si elle rendait la vie à un animal qui avait vécu dans une maison pendant longtemps. Sa propre fille était devenu complètement folle, et la seule chose qu'elle disait, c'était ce prénom. Comme une disquette en plein replay ;

« Zayn. »

__
J'espère que vous aimez...

Via Skyrock Android

Changement. 11/10/2015

Je viens tout juste de changer mon user Twitter, il est ici : https://twitter.com/EcstasyPerrie?s=09

Si le lien ne fonctionne pas, allez sur @EcstasyPerrie.

J'ai également changé mon Wattpad, c'est @Ecstasya.

Voilà !

Via Skyrock Android

Bonjour tout le monde. 27/08/2015

Bello !

Ce compte est créé simplement pour réagir, délirer, un peu comme un Rant Book. Je vous prévient rapidement, je suis une vraie folle quand on me connais.

Je répond à tout ! Messages privées, commentaire, etc... Vous pouvez me trouver sur Twitter ; @MyNameAkaSayer. Et sur Wattpad ; @ThousandAkiamSayne or @ThousandLiamPayne ❤

Voilà voilà !

Aka. Xx.

Via Skyrock Android

Just Do It. 27/08/2015

Je suis actuellement en train d'écrire une fiction Larry. Elle comportera aussi du Zerrie et il y aura du Lemon.

Je ne suis pas une professionnel de l'écriture mais je devrait y arriver. Je serai assez longue pour poster car je m'occupe aussi de ma fanfiction Wattpad, Roses. ZM-PE.

Elle sera bientôt posté, normalement. Le chapitre 1 est en cour d'écriture.

Voilà ! J'espère sincèrement que ça vous plaira.

Via Skyrock Android